Le Père Alphonse parle de sa Foi

inde-map-gnrlS

Venu de loin pour partager sa Foi

De plus en plus nombreux sont les prêtres d’origine étrangère qui viennent exercer leur Ministère en France. Père Alphonse est de ceux-là, issu de la première communauté chrétienne primitive, une communauté culturelle et religieuse qui a transmis des rites à tout le monde. Grâce à Saint Thomas, qui est arrivé jusqu’en Inde, la Foi chrétienne y est très connue dès le premier siècle, notamment dans la région du Kerala.

Puis, l’œuvre d’évangélisation chrétienne entreprise par la compagnie de Jésus s’est développée dans la partie sud-est de l’Inde appelée Maduré (aujourd’hui Madurai, en Tamil Nadu). Cette expansion date de 1542, et de l’arrivée de Saint François Xavier. Le plus connu des missionnaires de la seconde génération est Saint Roberto de Nobili, un jésuite Italien. Ayant maitrisé les langues Sanscrite et Tamoule et étudié en profondeur les textes sacrés de l’hindouisme, il choisit de s’installer, en 1606, dans la ville de Maduré.

Par des lettres officielles du souverain Pontife Pie VI et du Roi[C1]  de France datées de 1776, la Société des Missions Étrangères de Paris (MEP) reçut la responsabilité de ce qui sera appelé « La mission de Pondichéry ». C’est sur cette base que les MEP commencèrent leur apostolat en Inde. En dépit de toutes les difficultés rencontrées, il y avait en 1889 : 2 évêques, 82 missionnaires, 31 prêtres indiens. L’immense territoire de l’archidiocèse de Pondichéry allait donner naissance aux diocèses de Coimbatore en 1845, puis de Kumbakonam en 1899 et de Salem (diocèse d’origine du Père Alphonse) en 1930.

Konéripatie est une petite paroisse dans le diocèse de Salem, nommée « paroisse de Notre Dame de la Salette ». L’église a été construite par les missionnaires de MEP vers 1800. En 2000, a été célébré le 200e anniversaire de la paroisse qui compte environ 3000 habitants, dont 99 % de catholiques pratiquants. « Je suis fier d’être un fruit des français qui nous ont donné la vraie Foi. Aussi je suis content de venir en France qui est à l’origine de ma Foi. De plus, ça me fait plaisir d’être dans un diocèse dont l’évêque est le Père Georges Colomb issu des MEP. Donc, il y a une ligne de l’Inde à la France, grâce aux MEP, qui continue dans ma vie » commente le Prètre. 

« Je suis né en 1981, ainé d’une famille catholique pratiquante de la région Tamulnadu qui se trouve dans le sud de l’Inde » raconte-t-il. « Le 13ème jour après ma naissance, c’était la veille de Pâques : j’ai donc été baptisé comme Sesuraj (Sesu – Jésus ; raj – roi ; Jésus Roi ; Christ Roi ;  comme le Christ Roi qui a vaincu la mort) ». « La nuit même ma mère m’a offert à Dieu comme un premier fruit, comme Anne, la mère de Samuel de l’Ancient Testament, en disant « Je le présenterai devant le seigneur, et il restera là pour toujours » 1 Sam 1, 22 ». Et de poursuivre : « Ma mère m’a nourri de la spiritualité Catholique tous les jours. Grandi toujours dans la foi catholique, servant d’autel à partir de 6 ans, j’ai eu beaucoup de désir de servir l’Église ».

Après les études, à 18 ans, il se met en quête d’un séminaire. Enfin, en 2004, une communauté religieuse l’accepte comme séminariste. Une formation qui débute par une année consacrée à l’apprentissage de l’Anglais, suivie de trois ans de préparation au bac, de deux ans de philosophie, d’un an d’expérience dans une paroisse, d’un an de noviciat, et enfin de quatre ans de Théologie. Pendant la deuxième année de théologie, la communauté religieuse a fermé ses portes et il a dû  chercher à nouveau un séminaire. « Quand une porte se ferme, Dieu ouvre une autre porte » commente-t-il. 

Grâce à l’archevêque de Calcutta, il a été accueilli dans son diocèse à condition d’être ordonné comme prêtre, ce qui est fait le 18 juin 2016 dans son village natal. « La pierre dont les maçons ne voulaient pas est maintenant la principale, la pierre d’angle » Psaumes 118, 22 ». 

Après 6 mois de service pour le diocèse de Calcutta dans une propédeutique en attendant pour les visa, passeport et dossiers, il entre en contact avec l’Evêque de la Rochelle et Saintes, qui l’accueille dans son diocèse comme un prêtre fidei donum. Arrivé en France en janvier 2017, il est envoyé à l’Université de la Rochelle pour apprendre le Français pendant six mois avant d’être nommé à Saint Jean d’Angely comme vicaire en septembre 2017. Pendant trois ans de service, avec deux curés différents, il continue ma mission en France.

« Très récemment, je me suis incardiné pour le diocèse de la Rochelle et est été nommé comme vicaire à l’ile d’Oléron en septembre 2020 » poursuit le Père Alphonse. « Je mets toutes mes capacités au service de ma mission et suis content d’offrir mon temps pour le service du peuple de Dieu et pour la gloire de Dieu. J’aimerais bien continuer comme serviteur de Dieu « car Dieu le Tout-Puissant a fait pour moi des choses magnifiques » Luc 1, 49 ».           

Venu en France « non pas pour faire des grandes choses, mais afin de partager la Foi que j’ai reçue de vous, et vous remercier pour celle-ci», le Père Alphonse comprend qu’il peut apparaître comme étranger par sa couleur, sa langue, sa culture et particulièrement son accent mais rappelle « la Foi que je voudrais partager avec vous n’est pas étrangère : c’est  la Foi que celle que vous m’avez donnée ». « Marchons ensemble, en partageant la Foi comme une petite graine de moutarde que nous avons, vers le Seigneur qui nous attend ». Quand à son âge : il dit  : « Ah ! Seigneur Dieu, je ne saurais parler, je suis trop jeune ». Et le Seigneur lui répond  : « Ne dis pas : Je suis trop jeune. Partout où je t’envoie, tu y vas ; tout ce que je te commande, tu le dis ; n’aie peur de personne ; je suis avec toi pour te libérer » Jr 1, 6-7. »

Histoire du Père Sesuraj Alphonse par lui-même

Partager sur vos réseaux:

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription est confirmée.

Newsletter de la paroisse

Inscrivez-vous et recevez chaque mois la newsletter !

L'actualité récente de la paroisse sur l'île d'oléron :

Les derniers articles publiés